Back To Experience

Gym. Crag. Repeat.

Wednesday, Octobre 10, 2018
Pour l’athlète BD Carlo Traversi, tout a commencé en salle d’escalade. Quinze ans après, la boucle est bouclée pour Carlo qui se remémore son parcours, depuis ses débuts jusqu’à la création de la toute première salle d’escalade de Sacramento (Californie) dont il est aujourd’hui l’heureux propriétaire. La motivation de Carlo ne se limite pas à proposer des prises artificielles de qualité ; il a également pour volonté de recréer ce qu’il a connu en grandissant : un lieu communautaire pour les grimpeurs, conçu pour s’entraîner, pour se retrouver, mais aussi pour proposer un encadrement et un apprentissage des valeurs éthiques nécessaires à la pratique en falaise. Ce petit film nous raconte le parcours de Carlo, de la salle d’escalade à la falaise et vice versa.alaise. Ce petit film nous raconte le parcours de Carlo, de la salle d’escalade à la falaise et vice versa.
Video & Images: Bearcam Media

 

J’ai débuté l’escalade à l’âge de 14 ans. Cet été-là, mes parents nous déposaient mon jeune frère et moi presque tous les jours à la salle d’escalade et nous y restions jusqu’à huit heures d’affilée. Nous avions l’habitude de grimper jusqu’à ce que nos mains endolories soient en sang puis de sortir acheter quelques en-cas à l’épicerie ou à la station essence du coin et de retourner à la salle pour grimper de nouveau. C’était devenu une obsession.

 

J’ai trouvé mon premier job à la salle d’escalade où j’assurais les enfants durant les fêtes d’anniversaire. Lorsque j’ai eu 16 ans, j’ai finalement été autorisé à utiliser une échelle et à ouvrir des voies. C’est ainsi que j’ai pratiquement passé ma vie dans les salles d’escalade de l’âge de 14 ans jusqu’à environ 20 ans, principalement parce que je ne pensais qu’à progresser en tant que grimpeur mais aussi parce je m’y sentais comme chez moi et accueilli par la communauté de grimpeurs.

Vers 25 ans, j’ai eu l’occasion de prendre un peu de recul à l’égard des salles d’escalade en ayant l’opportunité de grimper à plein temps. Avec le soutien d’un aimable groupe de sponsors, j’ai eu la chance de pouvoir prendre du temps libre et d’avoir les moyens de voyager et de découvrir les incroyables destinations outdoor qui me faisaient rêver depuis des années. J’ai voyagé d’un continent à un autre, fuyant les températures hivernales, savourant une vie vagabonde.

Près de quatre ans plus tard, la vie itinérante a commencé à me peser et j’ai eu envie de troquer une partie de cette liberté contre un job et un peu de stabilité. Souhaitant continuer à m’investir en tant que grimpeur, j’ai recommencé à ouvrir des voies et je me suis retrouvé à passer plus de temps que jamais en salle d’escalade. Cependant quelque chose manquait, les salles d’escalade avaient changé. Je ne me sentais pas très à l’aise avec la commercialisation stérile des nouvelles « super-salles » d’escalade.

 

Près de quatre ans plus tard, la vie itinérante a commencé à me peser et j’ai eu envie de troquer une partie de cette liberté contre un job et un peu de stabilité. Souhaitant continuer à m’investir en tant que grimpeur, j’ai recommencé à ouvrir des voies et je me suis retrouvé à passer plus de temps que jamais en salle d’escalade. Cependant quelque chose manquait, les salles d’escalade avaient changé. Je ne me sentais pas très à l’aise avec la commercialisation stérile des nouvelles « super-salles » d’escalade.

 

--BD Athlete Carlo Traversi


Featured Gear

Comments