Back To Experience

L’athlète BD Seb Bouin : Premières ascensions en Turquie - Épisode 3 - Lily’s Eye

Thursday, Septembre 5, 2019
L’athlète BD Seb Bouin, accompagné de sa mère, équipe une section futuriste d’une des voies les plus difficiles de la région et découvre les joies de la Turquie.
Vidéo: Sam Bie

 


 

Ce troisième épisode donne un aperçu du mode de vie turc, traite de la difficulté de certains projets et du strapping comme moyen de survie !

La Turquie est un pays très différent de la France. C’était bien d’aborder une autre culture et d’être dépaysé par le style de vie.

Datça se situe sur une péninsule. La falaise est donc bordée par la mer et le paysage est splendide.
 
Les gens sont vraiment sympathiques. Et la gastronomie… tellement délicieuse. On peut manger du kebab, du poisson et du baklava toute la journée ! Il y a des marchés incroyables où on peut trouver quantité de produits locaux : épices, fruits et légumes, olives, miel, pains…

C’est une parfaite combinaison pour un voyage escalade !

Au cours de ce voyage, nous avons également grimpé dans des secteurs plus connus. L’un d’eux, Canbaba, est vraiment très impressionnant par la qualité de ses voies et du rocher.

J’ai tapé un essai dans ce secteur - un projet de Klemen Becan nommé Out of Energy. Le nom de la voie résume bien notre état à la fin du séjour …

Ce projet est une voie plutôt longue avec un crux bloc près du sommet. Il y a une magnifique première partie en 8a+ pour accéder à la section de bloc. Ce crux est super délicat. Il y a quelques mouvements bizarres à faire pour se mettre dans la bonne position avant de lancer un jeté sur un bon tuf. Le corps se tourne pendant le jeté et si tu n’as pas la force de le contrôler avec ta main gauche, tu voles.

Je me suis blessé au doigt en tentant de grimper cette section de trop nombreuses fois.

Le dernier jour, j’ai équipé une ultime section pour rendre la voie encore plus difficile.

Il faudra absolument que je revienne.

Au cours de ce séjour, les jours de repos n’étaient pas vraiment au programme. Nous souhaitions tellement réaliser cette voie que nous alternions les journées passées à équiper et les jours de grimpe. Mais nous avons bien ressenti nos limites physiques (doigts, épaules, dos, coudes). J’ai essayé de prévenir les débuts de blessures avec du strap. Pas de doute, le strap a fait partie du voyage.

La passion c’est comme ça, c’est un peu compulsif, toutes les journées se finissaient en nocturne et l’expérience a duré jusqu’au dernier jour.
Même si nous avons terminé un peu brisés par la fatigue, c’est une superbe et mémorable expérience.

Turquie, je reviendrai !

--Seb Bouin, athlète BD


Featured Gear

Comments