Back To Experience

Les petits secrets d’entraînement d’Alex Honnold après “Freerider”, son solo intégral à El Capitan

Saturday, Juin 10, 2017
L’athlète BD Alex Honnold nous dévoile ses entraînements quotidiens et nous explique l’importance des exercices sur poutre pour réaliser son solo intégral “Freerider” à El Cap.

Photographe : Will Saunders

 

Voici l’histoire :

Alors voilà, tu viens tout juste de réaliser le solo intégral le plus fou, le plus sensationnel de l’histoire de l’escalade — plus de 900 mètres d’ascension sur El Cap sans corde et sans aucune forme d’assurage — et la frénésie médiatique est à son comble. Les demandes d’interviews affluent de toutes parts, notamment de NPR (National Public Radio), National Geographic et du New York Times mais tu t’es montré très clair : pendant une heure cet après-midi, tu as des affaires importantes à régler et tu ne seras pas disponible.

Non, il ne s’agit pas d’une rencontre avec le Président ou d’un tournage avec Jared Leto. En vérité, tu vas à nouveau la jouer solo pour cette mission.

Tu as rendez-vous en tête à tête avec ta poutre d’escalade.

Cela paraît difficile à croire mais c’est ainsi que notre athlète BD Alex Honnold a célébré son ascension sans corde de la voie mythique d’El Cap « Freerider » (7c+). Lors d’une interview avec National Geographic juste après cette ascension, Honnold explique le plus simplement du monde :

“J’essaie de m’entraîner sur poutre un jour sur deux, et c’est tombé ce jour-là.”

Et c’est là que réside la clé du succès d’Honnold. Le grimpeur le plus audacieux de la planète ne se fie pas uniquement à son talent, aussi évident soit-il. Il s’entraîne sans relâche pour perfectionner son art.

Et s’agissant de s’exercer sur poutre, Honnold est un garçon appliqué. Consciencieusement, il s’entraîne sur sa Beastmaker 2000 en bois, fixée au-dessus de la porte coulissante de son van ProMaster entièrement personnalisé…

Mais pourquoi s’entraîner sur poutre lorsque l’on passe, disons, 22 jours sur 25 (et jusqu’à 70 longueurs en deux jours) sur le superbe granit de Yosemite Valley ?

“Je me vois plutôt comme un grimpeur de 8c” avoue Honnold en décompressant au sommet d’El Cap lors d’un échange téléphonique la semaine dernière. “Mais je n’ai pas regrimpé au-delà du 8a+ depuis deux mois. En résumé, j’ai seulement enchaîné des longueurs sur une grosse fissure en dalle. Donc l’intérêt de la Beastmaker est d’essayer de ne pas trop perdre en performance, et de continuer à se sentir fort lorsqu’on tire sur les prises.”

 

Paroles: Chris Parker

Les exercices sur poutre d’escalade ont-ils été essentiels pour réaliser « Freerider » en solo intégral ?

“C’était important sans aucun doute,” affirme Honnold.

“Sinon j’aurais perdu en performance en restant ici dans la Vallée du Yo. Et dans le crux du Boulder Problem [approx. 7a+ dans la longueur 23], il y a des petites prises sur lesquelles il faut plutôt tirer.”

Honnold constate qu’il a utilisé l’application Beastmaker durant les deux derniers mois précédant la préparation de son ascension. Cette appli a été créée par le fabricant de la poutre d’escalade qui est basé au Royaume-Uni et fournit des exercices de référence détaillés particulièrement difficiles selon Honnold.

“Je suis carrément trop mauvais sur la Beastmaker,” avoue-t-il en riant. “Il y a deux mois je n’arrivais à faire l’exercice pour le 6C, qui est le plus facile de tous. Je me disais « C’est une blague ou quoi ?’”

Pourtant, Honnold précise qu’il a réussi l’exercice pour le 7B avant de rejoindre le pied de la face d’El Capitan pour son monumental solo.

“J’étais là à me dire, « Génial, maintenant j’arrive à faire l’exo 7A+ sur ma Beastmaker !’”
Honnold déclare que les exercices en question sont “abominables” et nettement plus difficiles que de grimper sur le rocher. Il n’ajoute aucun poids supplémentaire durant la séance.

“Je n’en ai pas besoin. Ils sont déjà bien trop durs pour moi,” reconnait-il.

 

Bien que cette poutre soit indispensable à l’ascension la plus impressionnante jamais réalisée par Honnold, il est loin d’en avoir fini avec elle, ce qui explique sa fameuse session post-« Freerider ».

Le nouvel objectif de Honnold est d’augmenter son niveau de performance en escalade sportive.

“J’ai toujours voulu grimper du 9a mais je n’y ai jamais consacré suffisamment de temps et d’énergie,” remarque-t-il. “Je n’ai même jamais grimpé un véritable 8c+, probablement jamais ou alors peut-être au cours des dernières années… Je veux donc grimper plus fort.”

Et ses séances assidues d’entraînement sur poutre font partie du plan.

“C’est curieux mais, même si ce n’est plus du tout une référence par rapport au niveau actuel, je serais drôlement fier de moi si j’arrivais à grimper du 9a. Et honnêtement, si un jour je réalisais un 9a+, je penserais «Ok, je suis pas mauvais.’”

Découvre ci-dessous les exercices sur poutre d’Alex Honnold et à toi de jouer !

 

Séquence d’exercices pour 6c

(1) 4 doigts en semi-arquée

Suspension 7x7 secondes / repos 3 s

(2) 4 doigts en tendu

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(3) 3 doigts en tendu

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(4) 4 doigts en tendu

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(5) Bidoigt au milieu

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(6) Bidoigt devant

Suspension 7x7 s / repos 3 s

Répéter 1-6

Séquence d’exercices pour 7b

(1) 4 doigts en semi-arquée

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(2) 4 doigts en tendu

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(3) 3 doigts en tendu

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(4) 4 doigts en semi-arquée

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(5) Bidoigt au milieu

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(6) Bidoigt au fond

Suspension 7x7 s / repos 3 s

(7) Bidoigt devant

Suspension 7x7 s / repos 3 s

Répéter 1-7

Plus d'informations : https://www.beastmaker.co.uk

 

4 doigts en semi-arquée
4 doigts en tendu
3 doigts en tendu
 

 

Bidoigt au milieu
Bidoigt devant
4 doigts en semi-arquée
 

 

Bidoigt au fond
 

 


Comments