Back To Experience

Exum Files - 3ème partie : Les transitions à ski en terrain technique

Tuesday, Janvier 16, 2018
Dans cette troisième partie des Exum Files, nous sommes allés glaner des informations sur les transitions à ski et l’évolution sur des terrains techniques auprès de l’alpinisme et guide Exum Zahan Billimoria.

Zahan Billimoria, guide Exum de son état, est un alpiniste affûté et nerveux. Tout en énergie et vivacité, celui que l’on surnomme « Z » est d’une rapidité et d’une efficacité hors norme pour parcourir la montagne. Membre de l’équipe américaine de ski-alpinisme, il a peaufiné ses compétences durant ses années de formation grâce à des ascensions éclair et d’innombrables descentes des montagnes du Grand Teton. Les transitions et l’efficacité sont donc son terrain de prédilection. Nous avons obtenu de cet heureux père de famille qu’il accepte de faire une pause suffisamment longue pour partager quelques réflexions sur des aspects techniques de la discipline, notamment lorsque les courses présentent une plus grande complexité.


Images: David Stubbs

Q&R:

Les pratiquants de ski-alpinisme aiment utiliser des astuces techniques pour franchir les obstacles non skiables en cours d’ascension. De quoi doivent se préoccuper principalement les skieurs lorsqu’ils évoluent sur un terrain technique ?

C’est facile de porter son attention sur le matériel technique, la corde, l’ancrage mais aucun de ces accessoires ne peut garantir notre sécurité si l’on se tient au mauvais endroit. Il est essentiel d’essayer de faire les bons choix en fonction de l’observation de l’environnement, de notre connaissance du manteau neigeux et de la météo. Si le manteau neigeux s’avère instable, alors changez de place avec précaution.

Pourquoi l’observation de l’environnement dans son ensemble est-elle la chose la plus importante ?

Globalement, ce n’est pas l’utilisation du mauvais mousqueton le danger le plus mortel pour les skieurs ; le risque le plus important pour les skieurs et les riders, c’est l’environnement. La neige est un élément d’une complexité infinie et en constante évolution. En montagne, ma préoccupation principale est la stabilité du manteau neigeux. Les considérations techniques sont simples en comparaison.


Quand faut-il sortir la corde ? Quand savoir si c’est trop tôt ou trop tard ?

Une corde est un accessoire simple et esthétique qui peut apporter une certaine sécurité dans de nombreuses situations rencontrées par les skieurs et les riders. Elle peut servir à gérer une corniche, une zone de départ, à tester la surface du manteau neigeux. Si tu sais la déplier efficacement, tu seras plus enclin à l’utiliser souvent. Le système doit rester simple et il faut utiliser le terrain pour améliorer l’assurage. Dans la plupart des cas, un harnais n’est même pas nécessaire ; un simple nœud de chaise autour de la taille peut être suffisant. Quand la descente implique une solution technique, il vaut mieux sortir les accessoires nécessaires assez tôt, si possible au sommet de la descente. C’est mieux que de sortir son sac au niveau du relais au milieu de la descente. C’est bien d’enfiler son harnais au préalable, avec une longe préinstallée. Et peut-être même d’avoir la corde lovée autour de soi, ou dans son sac prête à être déplier au départ de la descente. Cela permet de réduire le temps que l’on passe à bricoler son matériel dans les endroits les plus exposés.

Et que dire du portage des skis ? Du piolet ? Quand faut-il les porter, pourquoi et comment ?

Évoluer sur des terrains complexes exige une adaptation constante. Au début on est à ski, ensuite éventuellement on désescalade ou on descend en rappel. Dans un premier temps, on met les peaux puis l’espace se réduit et oblige à continuer à pied. Mais toutes ces transitions prennent du temps. Donc un petit tour de passe-passe comme glisser les skis sous les sangles de son sac à dos permet d’avancer plus vite sur un terrain délicat sans avoir à enlever le sac ni même à s’arrêter.


Quelles sont les avantages et les inconvénients de pré-installer l’assurage ?

En tant que skieurs, les ancrages que nous trouvons ne sont pas placés aux bons endroits, par exemple au pied de la descente, avec la plus grande partie de la pente au-dessus de nous. Les ancrages ne sont pas des lieux sûrs lorsqu’ils se situent sous la pente et souvent sur des pentes instables. Donc il s’agit de rentrer dans cette ligne et d’en sortir. Rapidement. Si la première personne sait ce qu’il faut faire, elle peut descendre jusqu’au point d’ancrage et tout installer en ayant la place de manœuvrer sans être encombré par le reste de la cordée et les skis. Le premier skieur peut vérifier l’ancrage, passer la corde et même installer les systèmes pour les autres. Ainsi, pendant que les autres y vont, il n’est pas utile qu’ils s’assurent à l’ancrage ; ils peuvent seulement s’attacher à leurs systèmes et tout le monde peut attaquer la descente en un temps réduit. Quelquefois si le skieur du haut est amarré à son système d’assurage, les deux skieurs situés plus bas peuvent descendre en rappel sur un brin simple chacun. Leurs cordes sont maintenues en place par le système d’assurage de la personne qui attend au point d’ancrage.


Quelle est la meilleure façon d’aborder une cordée dont les niveaux sont différents ? Par exemple, un des membres est un skieur confirmé et un autre un fort grimpeur.

La première personne doit accomplir l’essentiel des manœuvres et dispose de plusieurs possibilités. Donc, il vaut mieux faire descendre la personne la plus expérimentée en premier. Elle peut s’occuper de tout installer tandis que le reste de la cordée attend en lieu sûr. Une fois qu’elle est sur le rappel, elle peut filer la corde (environ 5-10 mn), faire un nœud d’arrêt sous son assureur pour s’amarrer et avec les brins séparés redirigés vers l’ancrage, elle peut assurer chaque personne à la descente, en limitant les chutes du deuxième et du troisième skieur lors de l’approche.

Après la descente : Quelles recommandations avant de plier la corde ?

Garder une vue d’ensemble de l’environnement. Ce n’est pas la peine de traîner dans les couloirs raides. Lorsque la dernière personne a fini de descendre en rappel, elle peut rechausser et continuer à descendre à ski. On doit avoir un nœud fait à chaque extrémité de la corde (en cas d’installation préalable de l’assurage). En atteignant l’extrémité de la corde, le nœud se prendra dans l’assureur et fera sortir l’autre brin. On peut descendre le couloir en glissant avec la corde sur la neige jusqu’à atteindre un lieu sûr. Une fois arrivé, on peut commencer à ranger la corde sans s’exposer inutilement à un risque au-dessus de sa tête.


--Interview réalisée par Jeff Burke


Featured Gear

Comments